Barakah accueil un nouveau Réacteur Nucléaire
La Federal Authority for Nuclear Regulation des Émirats arabes unis a accordé la licence d'exploitation du troisième réacteur nucléaire du pays.

Barakah

Les Émirats arabes unis vont pouvoir démarrer leur troisième réacteur nucléaire dans la centrale de Barakah. Le pays mise sur le nucléaire pour atteindre son objectif de neutralité carbone d’ici 2050.

Trois réacteurs sur quatre validés pour Barakah

Nawah Energy Co est l’unité de gestion et de maintenance d’Emirates Nuclear Energy Corp (ENEC). Elle a obtenu la licence d’exploitation pour la troisième unité de la centrale nucléaire de Barakah. Elle se trouve dans l’émirat d’Abu Dhabi. C’est l’autorité fédérale de réglementation nucléaire (FARN) qui a délivré la licence.

Cette dernière prévoit également d’examiner la demande de licence d’exploitation du dernier réacteur pour le dernier quart de l’année. Le réacteur 4 est actuellement en phase finale de construction.

Barakah-1 a commencé ses opérations commerciales en avril 2021 après avoir atteint 100% de sa capacité en décembre 2020. L’ENEC a en outre déclaré en mars que Barakah-2 avait commencé ses opérations commerciales après avoir été connectée au réseau en septembre 2021.

Mohamed al-Hammad, PDG de l’ENEC, déclare :

“ENEC pourrait développer d’autres centrales nucléaires au niveau local et international à l’avenir, après avoir mis en service les quatre unités de 1,4 GW actuellement prévues.”

Une avancée pour l’objectif de neutralité carbone

Une fois que ses quatre unités fonctionneront, Barakah fournira jusqu’à 25% du mix énergétique des Émirats arabes unis. D’ici 2025, la centrale de Barakah produira plus de 85 % de l’électricité propre d’Abu Dhabi. Cela en fera ainsi le principal contributeur à la réduction des émissions de carbone de l’émirat, selon l’ENEC.

Dans le cadre d’une stratégie révélée en 2017, les Émirats arabes unis visent à produire 44% de leur électricité à partir de sources renouvelables. 38% seront produites à partir de gaz, 12% à partir de charbon propre et 6% à partir d’énergie nucléaire d’ici 2050. Toutefois, les responsables ont déclaré que le mix énergétique actuel est en cours de révision.

Sur la même thématique