Éoliennes offshore : BP mise dessus en Mer du Nord
La firme pétrolière veut investir dans les énergies renouvelables en se plaçant dans un appel d'offres pour des éoliennes offshores aux larges des Pays-Bas

Éolienne

L’entreprise BP a répondu à deux appels d’offres pour deux sites d’éoliennes offshore sur les sites HKW VI et HKW VII. Ces deux zones ont un potentiel de 1.4 GW. Si l’entreprise a un succès, cela va permettre une série d’investissements renouvelables de 2 milliards de dollars. Cette dernière serait en lien avec la stratégie de BP.

BP investit dans des fermes éoliennes offshore aux Pays-Bas

Un appel d’offres concernant deux zones

Ces investissements sont en adéquation avec la ligne de BP qui veut intégrer l’industrie éolienne, électrifier l’industrie et la mobilité. LA firme veut aussi se placer dans la production de bio hydrogène et aider la décarbonisation du secteur aérien. L’entreprise, si elle obtient un appel d’offres, entend établir une série d’investissements afin d’aider à décarboniser la région de Rotterdam. Cela lui permettra d’élargir ses activités et à terme de soutenir la transition énergétique des Pays-Bas.

BP a répondu à l’appel d’offres pour développer la ferme éolienne offshore d’Hollandse Kust (HKW). La firme a répondu à l’offre pour les zones VI et VVI. HWK se situe en outre à 53 km de la côte ouest du pays. Le site comprend deux zones de fermes éoliennes, d’une aire de 176km².

La diversification de BP

Anja-Isabel Dotzenrath, vice-présidente exécutive de BP pour le gaz et l’énergie à faibles émissions de carbone déclare :

“Pour assurer un avenir neutre en carbone, il ne suffit pas de produire de l’énergie renouvelable en mer via des éoliennes offshore. Nous devons créer un système énergétique intégré avec des énergies renouvelables au centre. C’est exactement ce que nous comptons faire aux Pays-Bas. Nous appliquerons la stratégie intégrée de l’entreprise énergétique de BP pour intégrer l’offre et la demande d’énergie verte dans l’ensemble du système énergétique. Cela comprend l’utilisation de l’énergie éolienne en mer pour électrifier l’industrie et la mobilité. Et aussi utiliser l’énergie renouvelable pour produire de l’hydrogène vert. Nous aidons ainsi à décarboniser les secteurs difficiles à électrifier. Nous pouvons citer par exemple l’aviation, le raffinage et la mobilité des véhicules lourds. Ces développements en matière d’énergie propre soutiennent les objectifs ambitieux des Pays-Bas en matière de réduction des émissions. En outre, nous déploierons une technologie innovante à l’appui d’une échelle et d’une portée sans précédent de surveillance et d’analyse afin de créer un changement radical dans la recherche collaborative en écologie marine. Cela est conforme à notre objectif d’avoir un impact positif sur l’écologie de la mer du Nord.”

Une démarche englobant les enjeux locaux

Des éoliennes offshore bonnes pour la localité

Les offres pour le site VI seront évaluées sur la base de critères d’éco-innovation. Ici par exemple BP propose de créer des solutions innovantes pour améliorer l’écosystème de la mer du Nord néerlandaise. La candidature inclut une échelle d’innovation sans précédent avec près de 75 millions d’euros de dépenses engagées pour créer un impact positif sur l’habitat marin. Mais aussi pour soutenir l’analyse avancée des données écosystémiques et établir un nouveau centre d’innovation écologique pour l’énergie éolienne en mer du Nord aux Pays-Bas. Et ce afin de favoriser la recherche et la collaboration.

Les propositions pour le site VII seront évaluées sur la base de critères d’intégration des systèmes, et l’offre de BP se concentre sur le couplage de la production d’énergie éolienne offshore avec une nouvelle demande flexible axée sur la région de Rotterdam.

Une offre multiforme

Sous réserve d’attribution, la soumission propose d’intégrer les parcs éoliens avec :

L’électrolyse de 500 MW produira environ 50 000 tonnes d’hydrogène vert par année pour répondre à la demande de la raffinerie de Rotterdam. Cela va permettre en outre de soutenir la production de 10 000 barils par jour de carburant d’aviation durable.
Une nouvelle chaudière électrique et un super-chauffage pour la raffinerie de BP à Rotterdamsont prévus. Cela comprend aussi une batterie à l’échelle des services publics pour appuyer l’intégration des actifs. Cela inclut également de nouvelles stations de recharge flexibles pour véhicules électriques avec batteries intégrées et plateformes logistiques multi-énergies à faible émission de carbone. Ces dernières sont complétées par des solutions de changement de demande.

Ces investissements comprennent l’application de solutions innovantes d’optimisation et de stabilisation du réseau numérique pour répondre à la demande d’énergie éolienne de HKW. BP développera un incubateur de compétences et d’entrepreneuriat pour soutenir le développement de la main-d’œuvre locale. Ce qui servira à répondre à la demande de compétences dans ces nouvelles industries. Au total, BP prévoit des investissements allant jusqu’à 2 milliards d’euros dans la décarbonisation de la demande flexible en plus de l’investissement éolien offshore.

 

Enfin on voit que BP diversifie son activité. La firme passe en effet d’activités pétrolières à des activités renouvelables. Ici par exemple l’entreprise se positionne pour créer un parc d’éoliennes offshore au large des Pays-Bas. Cette offre est intéressante car elle comprend aussi des intérêts locaux comme la protection de la biodiversité de la Mer du Nord, ou la formation de personnes sur place.

Sur la même thématique