Gaz : une crise se prépare en Europe
Une crise gazière se prépare en Europe. À la fin de l'année la demande de gaz pourrait être supérieure à l'offre disponible.

gaz russe

Une crise du gaz naturel liquéfié (GNL) se prépare en Europe avec l’insécurité indue par la guerre en Ukraine. De ce fait, des études indiquent que la demande va dépasser l’offre vers la fin de l’année.

Une très forte demande en gaz

La forte demande a entraîné la plus forte ruée de nouveaux projets de GNL dans le monde en plus d’une décennie.

Néanmoins, les échéanciers de construction signifient qu’il est peu probable que les matériaux soient récupérés seulement après 2024. La demande mondiale de GNL devrait atteindre 436 millions de tonnes en 2022. Ce qui dépasse l’offre disponible d’à peine 410 millions de tonnes. Une tempête hivernale parfaite pourrait se former en Europe alors que le continent cherche à limiter les flux de gaz russe. Le déséquilibre de l’offre et les prix élevés créeront l’environnement le plus optimiste pour les projets de GNL en plus d’une décennie. Néanmoins l’approvisionnement de ces projets ne viendra qu’après 2024.

Le plan REPowerEU de l’Union européenne a fixé un objectif ambitieux de réduction de la dépendance au gaz russe de 66 % cette année. Cet objectif va à l’encontre de l’objectif de l’UE. Il est de réapprovisionner le stockage de gaz à 80 % de la capacité d’ici au 1er novembre. En évitant le gaz russe, l’Europe a déstabilisé tout le marché mondial du GNL qui a commencé l’année avec un équilibre précaire après une 2021 tumultueuse. La décision de réduire fortement la dépendance au gaz et au GNL russes par rapport aux niveaux actuels de 30 à 40 % transformera le marché mondial du GNL. Cela se traduira par une forte augmentation de la demande européenne de GNL. Cette dernière est basée sur la sécurité énergétique. Toutefois, les projets actuels et en cours de développement ne peuvent pas la fournir.

L’Europe dépendante de la Russie

L’an dernier, la Russie a envoyé 155 milliards de mètres cubes (Gpi³) de gaz à l’Europe. Elle a ainsi fourni plus de 31 % de l’approvisionnement en gaz de la région. Il sera extrêmement difficile de remplacer une partie importante de cette énergie. Cela aura des conséquences profondes sur la population et l’économie européennes, mais aussi sur le rôle du gaz dans la transition énergétique de la région. Cela créera probablement un boom pour les producteurs de GNL ailleurs. Ce dernier sera d’une ampleur et d’une durée jamais vues depuis plus d’une décennie.

Kaushal Ramesh, analyste principal pour le gaz et le GNL chez Rystad Energy, déclare :

“Il n’y a tout simplement pas assez de GNL pour répondre à la demande. À court terme, l’hiver sera difficile en Europe. Pour les producteurs, cela donne à penser que le prochain boom du GNL est arrivé. Néanmoins il arrivera trop tard pour répondre à la forte hausse de la demande. Tout est prêt pour un déficit d’approvisionnement soutenu, des prix élevés. Ainsi qu’une volatilité extrême, des marchés haussiers et une géopolitique accrue du GNL.”

Une Europe sans gaz russe

La réduction prévue du gaz russe pour l’Europe en 2022 est de 37 Gpi3, pour atteindre plus de 100 Gpi3 d’ici 2030. En conséquence, la consommation de gaz de l’Europe a probablement atteint un sommet en 2019 et diminuera progressivement jusqu’en 2030. Le gaz et le GNL devraient donc jouer un rôle réduit dans le mix énergétique de l’Europe. Ce qui donne un nouvel élan aux énergies renouvelables. Toutefois, cela entraîne potentiellement un rôle plus important pour le nucléaire et le charbon.

L’Europe était en fait sur la bonne voie pour augmenter les importations russes de gaz et de GNL à plus de 40% de son approvisionnement d’ici 2030. Néanmoins le pipeline Nord Stream 2, maintenant bloqué, a finalement été désapprouvé. Au lieu de cela, ce pourcentage chutera à environ 20 % d’ici 2030. En effet les Russes et les Européens ne renouvellent plus leurs contrats. Pour faciliter les importations supplémentaires de GNL, l’Europe prévoit de faire des terminaux de gazéification partout. Certains sont nouveaux et d’autres ont été réactivés à partir d’un profond sommeil.

Si les flux russes devaient s’arrêter demain, le gaz actuellement stocké (environ 35% pleins) s’épuiserait probablement avant la fin de l’année, laissant l’Europe exposée à un hiver brutal. Selon ce scénario, en l’absence d’accords d’achat en commun et de pays en concurrence pour des molécules limitées, le prix du gaz TTF pourrait grimper à plus de 100 $ par million d’unités thermiques britanniques (MMBtu). Ce qui a entraîné des réductions industrielles et un remplacement généralisé des combustibles dans le secteur de l’énergie. Nous avons déjà vu des réductions dans les secteurs des engrais, de l’acier et du papier en Europe. Ce qui souligne la douleur économique qui nous attend. Dans un scénario extrême d’hiver très froid, même le secteur résidentiel ne serait pas épargné.

De nouveaux projets gaziers

Des projets pour remplacer la Russie

Plus de 20 projets de GNL ayant une capacité combinée de plus de 180 millions de tonnes par an (tpa) ont récemment fait état de certains progrès en matière de développement. Pour être sur d’approvisionner tout le monde, le marché doit produire plus de 150 millions de tonnes supplémentaires. Les prévisions estiment qu’elles seront en 2030 de 186 millions de tonnes. Ce qui équivaut à une réalisation de plus de 80% du projet.

Les projets aux États-Unis sont en pole position – certains d’entre eux ont été inactifs en attendant que la demande augmente, et ont maintenant reçu une nouvelle vie. Des projets tels que le Lac Charles d’Energy Transfer et le Rio Grande de NextDecade qui étaient auparavant sur la glace ont rapporté 9,45 millions de tonnes de transactions après l’invasion, y compris une transaction de volte-face par le français Engie, qui s’est retiré des négociations avec NextDecade en novembre 2020, mais a récemment conclu une entente de 1,75 million de tonnes avec le même projet.

Des projets suffisants ?

Cependant, le pipeline du projet reste globalement loin de pouvoir sauver le marché. Il comprend le projet de 15 millions de tonnes de gaz naturel liquéfié de la zone 4 de Rovuma. Ce projet sera à côté du GNL de la zone 1 de TotalEnergies dans la région actuellement en péril de Palma, au Mozambique. Nous nous attendons à peu ou pas de progrès sur ce projet jusqu’à ce que TotalEnergies reprenne la construction.

Le Mexique est également bien positionné pour les exportations asiatiques en raison de la proximité géographique et de la non-dépendance du transit par le canal de Panama, et semble prendre de l’ampleur chez les acheteurs asiatiques. Parallèlement, la hausse des prix ralentira la croissance de la demande asiatique de GNL à moyen terme, ce qui signifie que le continent demeurera dépendant du mazout et du charbon. Dans certains scénarios, la demande asiatique de GNL pourrait se réduire de façon permanente et le déploiement des énergies renouvelables accéléré.

 

Pour conclure la demande en gaz risque d’être un problème pour l’Europe. Ainsi, tant que la situation n’est pas rétablie avec la Russie, l’Europe n’aura pas assez de gaz. Néanmoins des projets doivent être développés pour remplacer les flux russes. L’Europe ouvre certes de nouveaux projets mais elle risque d’affronter une situation compliquée cet hiver. Ce manque d’offre et les prix du gaz qui risquent de s’envoler accroissent le stress énergétique de ceux qui en dépendent. Toutefois, cette situation d’inflation gazière risque d’augmenter la part d’énergies renouvelables du mix énergétique des pays en développement. Ces derniers pourraient donc se concentrer sur des énergies renouvelables qui apparaissent moins coûteuses. À moins que cela entraîne une hausse de la demande d’autres énergies fossiles telles que le charbon.

Sur la même thématique