Hydrogène : Air Liquide et Siemens Energy s’associent
Air Liquide et Siemens Energy lancent une coentreprise dédiée à la production d'électrolyseurs.

Hydrogène

Le groupe de gaz industriels français Air Liquide et le groupe allemand Siemens Energy ont annoncé jeudi la création d’une coentreprise dédiée à la production en série dans une usine à Berlin d’électrolyseurs destinés à fabriquer de l’hydrogène renouvelable.

La production doit débuter au second semestre de 2023. Par ailleurs, les deux sociétés prévoient “une montée en puissance vers une capacité annuelle de trois gigawatts d’ici 2025″. Ainsi, Siemens Energy détiendra 74,9% de cette coentreprise et Air Liquide le quart restant.

Les deux groupes avaient annoncé début février la signature d’un protocole d’accord pour “unir leurs expertises” afin d’accélérer la production d’hydrogène “durable” et de la prochaine génération d’électrolyseurs. La création d’une usine en Seine-Maritime pour produire, d’ici 2025, de l’hydrogène vert avec un électrolyseur d’une capacité de 200 mégawatts a donné le coup d’envoi du partenariat.

De plus, Les deux groupes avaient annoncé il y a quelques semaines ce projet de construction en Allemagne. Cette coentreprise “représente une étape majeure pour l’émergence d’un écosystème européen leader de l’hydrogène bas carbone et renouvelable”, s’est félicité François Jackow, directeur général d’Air Liquide, cité dans le texte.

“Pour rendre l’hydrogène vert compétitif, nous avons besoin d’électrolyseurs adaptables et produits en série à faible coût. Nous avons également besoin de partenariats solides”, a, de son côté, déclaré Christian Bruch, PDG de Siemens Energy.

Équipés de la technologie d’électrolyse à membrane échangeuse de protons (PEM), les modules produits à Berlin “présenteront un niveau d’efficience élevé et sont particulièrement adaptés à l’intermittence des énergies renouvelables”, est-il précisé dans le texte.

De surcroît, les deux groupes ajoutent vouloir affecter des ressources de recherche et développement spécifiques pour développer la prochaine génération d’électrolyseurs.

Sur la même thématique