La Norvège mise sur l’éolien offshore
La Norvège, plus gros producteur d’hydrocarbures d’Europe de l’ouest, a présenté mercredi un ambitieux plan de développement de l’éolien offshore

norvège

La Norvège, plus gros producteur d’hydrocarbures d’Europe de l’ouest, a présenté mercredi un ambitieux plan de développement de l’éolien offshore qui, en l’état actuel des technologies, ferait passer de deux à 1.500 le nombre de ses éoliennes en mer à l’horizon 2040. D’ici à cette date, des concessions devraient avoir été attribuées pour permettre l’installation d’une capacité de 30.000 MW en mer. C’ets ce qu’a annoncé le gouvernement de centre gauche.

“Cela équivaut à presque autant d’électricité que ce que nous produisons aujourd’hui”, a déclaré le Premier ministre, Jonas Gahr Støre, lors d’une conférence de presse.

La Norvège veut se réinventer

Le pays nordique tire aujourd’hui la quasi-totalité de son électricité de ses barrages hydrauliques. Toutefois, le pays est aussi un gros producteur de pétrole et de gaz naturel. Cela lui vaut des critiques régulières face à l’urgence climatique.
À l’heure actuelle, seules deux turbines expérimentales sont installées au large de ses côtes. La nouvelle ambition est dévoilée trois mois seulement après la présentation par le même gouvernement d’un plan. Il prévoyait la construction de premières éoliennes commerciales en mer d’ici à 2030, un plan jugé insuffisant par l’industrie et l’opposition.

L’organisation représentant les compagnies pétrolières – qui sont souvent les mêmes à être actives dans l’éolien -, Norsk olje og gass, a salué la “clarification” des ambitions du gouvernement.

“Cela posera les bases pour le développement industriel de l’éolien en mer et donnera de la visibilité aux développeurs et aux fournisseurs”, a commenté sa directrice, Hildegunn Blindheim, dans un communiqué.

Les nouvelles concessions seront attribuées graduellement à partir de 2025. Elles devraient contribuer à une production d’électricité excédentaire par rapport aux besoins domestiques. Cette prévision tient compte de la hausse attendue de la consommation.

“Une partie significative de l’électricité produite ira vers d’autres pays”, a précisé le gouvernement. Il ouvre ainsi la porte à ce que certains des futurs champs éoliens soient exclusivement reliés au continent européen. Comme ailleurs en Europe, un débat a fait rage cet hiver en Norvège. Ainsi l’opportunité de relier le réseau électrique national à celui d’autres pays fait beaucoup parler. C’est un choix qui, selon les détracteurs, a pour effet de renchérir encore le prix de l’électricité pour les consommateurs.

Sur la même thématique