Le Costa Rica mine de la Crypto grâce à l’Hydroélectricité

costa rica

Au Costa Rica, une centrale hydroélectrique alimente des centaines d’ordinateurs connectés à l’activité minière de cryptomonnaie. Provoquant ainsi une renaissance de l’activité de cette infrastructure, dans un territoire où l’État a le monopole de la distribution énergétique.

$500.000 pour le minage au Costa Rica

En raison d’une alimentation électrique excédentaire, les autorités du Costa Rica ont arrêté d’acheter de l’électricité à cette usine. Cette centrale, localisée à proximité de la capitale, a donc été forcée de renouveler ses activités.

C’est pourquoi elle a investi $500.000 afin de se lancer dans l’hébergement d’ordinateurs miniers numériques. Cela consiste tout bonnement à connecter un ordinateur au réseau de la centrale fluviale.

Territoire stratégique

Les mineurs internationaux recherchent une énergie propre et bon marché, alimentée par une connexion stable. Justement, le Costa Rica génère toute son énergie à partir de sources vertes et durables.

Cet État d’Amérique centrale semble donc être un territoire attractif pour le développement des activités de minage de cryptomonnaies. Le gouvernement doit cependant être plus « agressif » afin d’attirer davantage d’entreprises spécialisées.

Aubaine économique

Après une longue suspension de son activité, cette centrale du Costa Rica s’est donc intéressée à l’exploitation minière numérique. Et pour cause, cette société dispose d’un surplus énergétique considérable. Lui permettant alors d’exploiter à grande échelle le minage de cryptomonnaies.

Dès lors, ce sont plus de 650 machines de 150 clients qui fonctionnent actuellement sans interruption. Et ce, à partir de huit conteneurs alimentés par cette infrastructure hydroélectrique.

Manque de législations

À l’inverse du Salvador, le Costa Rica fait face à un manque de réglementation spécifique pour le minage de cryptomonnaies.

La banque centrale du pays a toutefois déclaré qu’elle offrait un espace à l’innovation technologique afin de permettre à l’industrie de prendre forme. Et ce, tout en surveillant les développements de ce domaine étroitement lié au numérique et à la sécurité.

Sur la même thématique