les Prix du Pétrole se Stabilisent
Le pétrole oscille autour de l'équilibre avant les stocks américains

prix du pétrole

Les prix du pétrole ont oscillé autour de l’équilibre mardi pour terminer en ordre dispersé, dans un marché prudent avant la publication des stocks de brut américain.

Le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en juillet a grappillé 0,12% à 113,56 dollars. Le baril de West Texas Intermediate (WTI) américain pour livraison le même mois, a fléchi de 0,47% à 109,77 dollars.

“Au moins il y a un trait positif, le marché du pétrole n’a pas suivi celui des actions. À aucun moment nous n’avons connu de grosse glissade” comme les indices de Wall Street mardi qui, après une tentative de rebond la veille, perdaient encore davantage de terrain, indiquait Bob Yawger de Mizuho Securities.

Les acteurs du marché restent prudent

“Beaucoup de participants au marché se sont gardés de s’engager et sont restés prudents en attendant les prévisions de stocks de brut que doit publier l’American Petroleum Institute” mardi après la clôture et avant les données officielles sur ces réserves américaines de la part du département de l’Energie mercredi.

Les analystes s’attendent à une nouvelle diminution des réserves de brut de 2,1 millions de barils et de 1,6 million de barils pour l’essence dont les stocks sont à un bas niveau bas.

“On pourrait ainsi voir pour la quatorzième fois en quinze semaines, une nouvelle diminution des stocks d’essence qui pourraient tomber tout près de leur plus bas en 14 ans, à la veille de Memorial Day”, le week-end des plus gros départs en vacances aux Etats-Unis, soulignait l’analyste de Mizuho Securities.

Tamas Varga, analyste chez PVM Energy, estimait aussi que “le marché pétrolier est remarquablement résistant face aux préoccupations croissantes concernant la destruction de la demande induite par l’inflation”.

“Cela est dû, comme on l’a beaucoup dit, aux perturbations de l’offre causées par l’invasion de l’Ukraine par la Russie”, explique-t-il, le marché restant très tendu, constituant ainsi une solide base de prix pour le pétrole.

Le projet d’embargo européen avance

“L’Europe continue d’envisager un embargo sur le pétrole et les produits russes”, rappelait Stephen Innes, analyste chez SPI. Un embargo européen est possible “d’ici quelques jours”, a estimé mardi le ministre allemand de l’Économie Robert Habeck, alors que le sujet ne fait pour l’instant pas l’unanimité nécessaire au sein des Vingt-Sept.

À l’origine, Bruxelles prévoyait un arrêt des importations de pétrole brut russe dans les six mois et des produits raffinés d’ici à fin 2022. Mais la Hongrie refuse pour l’instant ce sixième paquet de sanctions proposé par la présidente de la Commission, Ursula von der Leyen, faute de garanties sur le maintien de son approvisionnement.

Pour Bob Yawger, “l’embargo ne se fera pas de sitôt” vu les difficultés à rallier la Hongrie à ces sanctions. “Le scénario le plus probable est qu’on aura une réunion de G7 qui adoptera des tarifs douaniers sur le pétrole russe ce qui reviendra à peu près au même au moins pour les pays du G7″, a pronostiqué l’analyste.

Sur la même thématique