Majors Pétrolières: Indispensables à l’Action Climatique

Majors Pétrolières: Indispensables à l’Action Climatique

Les majors pétrolières ne se sont pas toutes fixées des objectifs de neutralité carbone en 2050. Les européennes font presque figure d’exception. Pourtant, toutes ces entreprises sont parmi les 20 plus importants émetteurs de carbone au monde.

 

Les majors pétrolières entre économie et écologie

Les majors pétrolières ou NOC (National Oil Companies) sont les plus grands acteurs du secteur pétro-gazier. Mais aussi parmi les plus importants émetteurs de CO2 au monde selon Wood Mackenzie. Sur la centaine d’entreprises incluses dans leur outil d’analyse, les NOC représentent près de la moitié des 20 premiers émetteurs au monde en 2021. Deux de ces majors pétrolières occupent même les deux premières places du classement.

En outre, les NOC produisent 50% des liquides et 48% du gaz en 2021. Elles dominent ainsi l’espace pétrolier et gazier mondial.

 

$8,2 de cash-flow par baril équivalent pétrole en 2021

Les NOC sont des moteurs de trésorerie pour les économies tributaires du pétrole. En effet, elles génèrent en moyenne $8,20 de cash-flow pour chaque baril d’équivalent pétrole produit en 2021, contre une moyenne non-NOC de $6,60/bep.

Malgré des émissions de carbone absolues élevées, les 11 NOC couvertes par l’outil d’analyse comparative des émissions de Wood Mackenzie ont une intensité carbone moindre. Cela signifie que les émissions de carbone/bep sont moins importante que chez les non-NOC. Les entreprises fortement pondérées vers le GNL, quant à elles, ont une intensité carbone élevée de scope 1 et 2.

 

Les NOC s’impliquent dans les objectifs de neutralité carbone d’ici 2050

Les NOC sont en retard en matière d’objectifs de réduction des émissions, avec seulement trois d’entre elles ayant fixé des ambitions de neutralité carbone : PetroChina, PETRONAS et Sinopec Corp.

En revanche, en 2020, toutes les majors européennes ont déclaré des objectifs de baisse de leurs émissions de scope 1 et 2. Mais aussi l’objectif de neutralité carbone d’ici 2050 comme BP ou Shell.

De plus, plusieurs NOC ont des objectifs ambitieux de croissance de la production qui compliqueront une réduction absolue des émissions de CO2.

 

Les NOC comptent “verdir” leur production

En outre, les NOC comptent “verdir” leur production, en proposant par exemple du GNL vert, le stockage et le captage du carbone ou encore la réduction du torchage et des émissions fugitives.

Au final, cette année pourrait se révéler cruciale pour les majors pétrolières. À l’approche de la COP26 en novembre prochain, tous les acteurs du secteur tentent de finaliser leurs démarches pour en présenter les premières esquisses lors du sommet. Il s’agit donc désormais pour les majors pétrolières de s’inscrire dans une durabilité des efforts de réduction des émissions.

Sur la même thématique