RWE réagit aux Tensions Russie – Occident

RWE

Markus Krebber, directeur général de RWE déclare, auprès du Frankfurter Allgemeine Zeitung, que l’Allemagne devrait réfléchir à la constitution d’une réserve nationale de gaz.

RWE pousse l’Allemagne à la constitution d’une réserve nationale de gaz

Cette déclaration fait écho aux inquiétudes autour de l’approvisionnement gazier européen. Les tensions entre la Russie, les États-Unis et l’Union Européenne exacerbent en effet les tensions sur le marché du gaz, déjà en proie à la hausse des prix depuis 2021.

Si les tensions s’enveniment, la Russie, premier fournisseur de gaz d’Europe de l’Ouest, pourrait stopper nette ses exportations. Au mieux, les approvisionnements pourraient diminuer, mais les prix continuer leur flambée.

Les États-Unis menacent la Russie

D’autant que la situation se complique déjà. Les États-Unis menacent la Russie de sanctions économiques si le pays venait à traverser militairement la frontière ukrainienne.

Le Royaume-Uni, l’Union Européenne et l’État américain viennent également de constituer une aide financière de plus de $1 milliard pour l’Ukraine.

Le Directeur général de RWE appelle donc l’État Allemand à la constitution d’une réserve nationale de gaz, comme c’est déjà le cas pour le pétrole.

“Un arrêt complet (des approvisionnements de gaz) ne pourrait être compensé que pour une très courte période. Peut-être quelques semaines” dit-il.

Dépendance mutuelle

En revanche, Markus Krebber note également que la dépendance est mutuelle. En ce sens que la Russie a besoin de devises dollars.

L’exportation de gaz est donc nécessaire de ce point de vue, mais aussi du point de l’équilibre économique du pays. L’État russe tire en effet presque la moitié de ses recettes du commerce du pétrole et du gaz.

Cette situation mène ainsi le Directeur général de RWE à la conclusion que “il y a eu des tensions par le passé, mais le gaz est toujours arrivé”.

Remise en cause du Nord Stream 2

En outre, la situation actuelle remet en cause la certification du gazoduc Nord Stream 2. Traversant la Baltique des territoires polaires russes jusqu’aux côtes allemandes, le pipeline doit doubler les échanges gaziers entre les deux pays. Rendre ainsi l’Allemagne dépendante à 80% de la Russie pour son approvisionnement gazier.

Si le gazoduc est nécessaire, notamment pour les objectifs climatiques de l’Allemagne, Olaf Scholz déclarait sa position lors de sa première interview en tant que chancelier : “nous voulons que l’inviolabilité des frontières soit respectée par tous. Chacun comprend que cela aurait des conséquences si tel ne devait pas être le cas”.

Plus récemment, ce dernier appelait plutôt à la “prudence”. Tandis que la ministre des Affaires étrangères allemande assure que son pays ferait “tout pour garantir la sécurité de l’Ukraine”. Au détriment donc, de la mise en service du nouveau gazoduc.

Sur la même thématique